Entretien bio des arbres à fruits secs

Cet article est réservé aux utilisateurs du jardin. Vous devez vous connecter pour le lire (dans la fenêtre CONNEXION à votre droite) !

AMANDIER

TAILLE :
Avant mars, tailler la tige principale celle du milieu à 1 m 20 du sol. Ce qui favorisera le développement de 4 ou 5 branches assez dressées et de les laisser évoluer naturellement, tout en les éclaircissant pour avoir le maximum de lumière à l’intérieur de l’arbre. A tailler avec un sécateur désinfecté à l’alcool pour éviter la transmission des maladies et toujours au-dessus d’un bourgeon !
MALADIES :
Cloque : jeunes feuilles cloquées dès le débourrement et se couvrent d’un revêtement blanc farineux (traitement à la bouillie bordelaise à la chute des feuilles et au gonflement des bourgeons ou décoction de prêle dès le débourrement puis tous les 8 jours en période pluvieuse jusqu’à l’étalement des feuilles.
Tavelure : tâche arrondie avec un centre gris entourée d’un halo rougeâtre, rameaux dépérissent, fleurs avortent, fruits se couvrent de macules olivâtres, puis  noires, avant craquellement de l’épiderme (décoction de prêle au printemps et en été).
Pucerons : colonies au revers des feuilles, produisant du miellat et favorisant la fumagine (plusieurs purins possibles répulsifs : absinthe, rhubarbe, lierre, sureau, fougère et purins insecticides : ail, consoude, ortie ou le savon noir).
Teigne : amande rongée par une petite chenille (traitements curatifs : pyrèthre ou bacille de thuringe ; traitement préventif : purin rhubarbe).

CHATAIGNIER

Le châtaignier produit dès sa 4ème ou 5ème année. Le débourrement n’a lieu qu’en avril/mai Il faut le biner (surtout la 1ère année) et le pailler.

TAILLE :
Si la pousse est forte, il n’y a rien à faire à part d’enlever quelques branches trop basses. Si la pousse est moyennement vigoureuse et entraîne le départ de branches basses, il faut les couper pour redonner de la vigueur au tronc. Si l’arbre végète cad qu’il ne pousse pas, il faudra le rabattre pour provoquer une pousse vigoureuse (entre 1 m 30 et 1 m 60). Toujours privilégiez la lumière au centre de l’arbre.

MALADIES :
Pucerons : colonies au revers des feuilles, produisant du miellat et favorisant la fumagine (plusieurs purins possibles répulsifs : absinthe, rhubarbe, lierre, sureau, fougère et purins insecticides : ail, consoude, ortie ou le savon noir).
Chancre : pustules orangées sur l’écore fissurée, aspect peau de chamois : maladie très importante ! (traitement préventif et curatif : infusion de capucine et de rumex à pulvériser pur directement ou appliquez de l’oxychlorure de cuivre attention ce n’est pas de la bouillie bordelaise).
Maladie de l’encre : dépérissement, lésions de l’écorce avec suintement noir à base du tronc, pourriture des racines et du bois du cœur : maladie très grave ! (traitement curatif : désinfecter le sol sur l’étendue des tâches malades, sous le Châtaignier qui commence à dépérir, par un arrosage avec du sulfate de fer à 20 %  OU un saupoudrage avec du sulfate de cuivre ou évidez les foyers d’infection à l’aide d’un outil tranchant (serpette par exemple), allez jusqu’au bois sain, appliquez de la bouillie bordelaise au pinceau jusqu’à ce qu’elle pénètre bien le bois et couvrez d’un mastic végétal.
Carpocapse : chenille dans le fruit (traitement préventif : piège à phéromone et autres traitements purin d’ortie mélangé à de l’absinthe et rhubarbe à employer pur et pulvériser 2 traitements début avril et 1 traitement en mai ou le bacille de thuringe à pulvériser).
Balanin : la larve ronge la châtaigne et elle tombe au sol. Bêchez le sol sous la couronne de l’arbre et y mettre quelques poules pour les manger. Vous pouvez ramasser les adultes au début du printemps en mettant une bâche sous les arbres dont vous ébranlerez les branches en tapant dessus avec un bâton (les insectes vont tomber ainsi que les châtaignes véreuses), à faire le matin de bonne heure.

NOISETIER

TAILLE :
Faire des puits de lumière au cœur du noisetier.

MALADIES :
Pucerons : colonies au revers des feuilles, produisant du miellat et favorisant la fumagine (plusieurs purins possibles répulsifs : absinthe, rhubarbe, lierre, sureau, fougère et purins insecticides : ail, consoude, ortie ou le savon noir).
Cochenille : forme des croûtes blanches sur arbre et fruits.  Traitements curatifs : avec du pyrèthre avant l’enroulement des feuilles ou couper les pousses infectées ou pulvérisez une solution (1l d’eau, 1 cc savon liquide, 1 cc huile pimentée à pizza car le piment est un insecticide, 1 cs alcool 70° : remuez doucement et traitez trois fois à 8 jours d’intervalle) ;  Traitements préventifs : purin d’ortie mélangé avec du purin de fougère.
Xylophage : larve du capricorne qui creuse des galeries dans le bois donc dépérissement des rameaux. Pour protégez le bois, appliquez au pinceau un mélange ½ essence térébenthine ½ huile de lin à opérer sur un bois sec. Dès qu’il y a attaque, coupez le bois infesté et le brûler.
Oïdium : tâche poudreuse blanchâtre sur les feuilles. Traitement préventif : dès l’ouverture des bourgeons, effectuez 2 pulvérisations de bouillie bordelaise à 10 jours d’intervalle et traitez avec une décoction de prêle tous les 10 jours durant la pousse active. Ou décoction d’ortie avec du sureau noir  à employez pur Ou purin de rumex à employer pur par arrosage au sol.
Balanin : la larve ronge la noisette et elle tombe au sol. Bêchez le sol sous la couronne de l’arbre et y mettre quelques poules pour les manger. Vous pouvez ramasser les adultes au début du printemps en mettant une bâche sous les arbres dont vous ébranlerez les branches en tapant dessus avec un bâton (les insectes vont tomber ainsi que les noisettes véreuses), à faire le matin de bonne heure.

NOYER

TAILLE :
Si la pousse est correcte, ne pas le rabattre. Si la pousse est faible, la rabattre pour donner de la vigueur.  Faire des puits de lumière au cœur du noyer.  

MALADIES :
Pucerons : colonies au revers des feuilles, produisant du miellat et favorisant la fumagine (plusieurs purins possibles répulsifs : absinthe, rhubarbe, lierre, sureau, fougère et purins insecticides : ail, consoude, ortie ou le savon noir).
Carpocapse : chenille dans le fruit (traitement préventif : piège à phéromone et autres traitements purin d’ortie mélangé à de l’absinthe et rhubarbe à employer pur et pulvériser 2 traitements début avril et 1 traitement en mai ou le bacille de thuringe à pulvériser).
Maladie de l’encre : dépérissement, lésions de l’écorce avec suintement noir à base du tronc, pourriture des racines et du bois du cœur : maladie très grave ! (traitement curatif : désinfecter le sol sur l’étendue des tâches malades, sous le noyer qui commence à dépérir, par un arrosage avec du sulfate de fer à 20 %  ou un saupoudrage avec du sulfate de cuivre ou évidez les foyers d’infection à l’aide d’un outil tranchant (serpette par exemple), allez jusqu’au bois sain, appliquez de la bouillie bordelaise au pinceau jusqu’à ce qu’elle pénètre bien le bois et couvrez d’un mastic végétal.
Phytopte galligène : minuscules acariens piquent la face supérieure des feuilles formant des galles arrondies. Ne rien faire.
Bactériose : petites tâches jaunes d’aspect huileux avant de noircir les feuilles et le brou des noix et les jeunes nécrosées se dessèchent. Traitement préventif : bouillie bordelaise.
Anthracnose : de juillet à l’automne, tâche brune à centre clair en vieillissant sur bourgeon, feuille et brou de la noix. N’attaque pas la coque et le cerneau. Pulvérisez de la bouillie bordelaise avant le début de la végétation. Dès son apparition, ramassez les feuilles tombées au sol et les brûlez.

Pour tous les arbres :

PREVENTION DES INSECTES RAVAGEURS :
A appliquer en février pour l’amandier sur le tronc des arbres, un badigeon à la chaux pour supprimer lichens et mousses qui peuvent accueillir des œufs, des larves, ou des insectes adultes pour hiverner (pucerons et autres). Le principe est de brosser le tronc de l’arbre avec une brosse en plastique et appliquer le lait de chaux avec un pinceau (cela se vend en pot dans les jardineries ; un pot = une bonne partie du verger : le mieux est que vous l’achetiez en commun).

ARROSAGE :
La première année, il faut arroser en mars et avril (si le printemps n’est pas humide) et l’été s’il est très sec. Mettre 2 arrosoirs d’eau par semaine. Mais faire une cuvette au pied de l’arbre afin que l’eau n’aille pas partout et qu’elle reste au pied de l’arbre, les racines !
Il n’y a pas besoin d’arroser les années suivantes pour forcer les racines à aller en profondeur pour qu’elles trouvent l’eau toute seule ! Plus les racines sont profondes, plus l’arbre sera résistant !

FERTILISATION :
Pas besoin de mettre de l’engrais à votre arbre, car les racines trouveront le fumier mis à la plantation ! Cela fortifiera l’arbre et toujours le même principe, les racines plus elles s’enterrent plus l’arbre sera résistant !

PAILLAGE :
Pailler votre arbre dès le printemps pour éviter l’évaporation de l’eau, le lessivage du sol et apporter de l’humidité, le gel.

ABRIS A INSECTES :  
N’hésitez pas à installer des abris à insectes à proximité de votre arbre fruitier :  – déposer une planche sur le sol : planche abri ;  – nichoir à tiges creuses avec du bambou ou roseaux, les nouer ensemble en botte ; – nichoir bûche de bois en perçant des trous ; – nichoir avec un tas de pierres, – nichoir avec un pot en terre retourné et rempli de paille.
Si vous voulez en savoir plus pour la réalisation des abris : voici un lien www.humanite- biodiversite.fr/doc/construire-un-abri-a-insectes.

Lorsque vous venez au jardin, allez voir votre arbre fruitier et dès que vous remarquez quoi que ce soit, contactez William (coordonnées affichées dans la cabane). William a été élu comme référent du verger, mais il ne peut être constamment présent sur le verger pour effectuer la veille parasitaire. Il a besoin de votre analyse ! Merci.

Cette fiche a été écrite avec l’aide de William que je remercie. Elle sera affichée dans la cabane ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans le forum “verger” !